← Retour

Numéro 28 - rive architecturale - juin 2015

Vanessa Vivero, architecte

Equilibre et architecture, recherche d’harmonie ?

L’homme, créatif et intelligent, construit ses bâtiments non seulement pour subvenir à ses besoins, mais aussi parce qu’il recherche l’équilibre visuel, c’est-à-dire l’harmonie représentée par quelque chose qui flatte sa perception sensorielle. Si la structure joue un rôle important dans la construction, la reproduction des formes géométriques calques de la nature, apparaissent à grande échelle dès les anciennes civilisations. On peut penser aux pyramides d'Egypte (2500 Av. J.-C.) ou à celles du Mexique et du Guatemala (700 av. J.-C. – 1500 apr. J.-C.), qui donnent une idée de la recherche de l'équilibre à travers la symétrie.

A l'échelle humaine, d'autres éléments symétriques sont présents dans les premières civilisations comme l’arc (1), utilisé dans l’architecture de la Mésopotamie (6000 av. J.-C.) (2). La recherche de l’équilibre a fait naître plusieurs méthodes sur la proportion des formes, le nombre d’or et la couleur.

Le nombre d’or est un premier facteur d’équilibre. Ce facteur numérique 1.618 a été défini par Euclide (300 – 265 av. J.-C), et a inspiré la spirale d’or (3). En 1498, Luca Pacioli continue à étudier le nombre d'or et il établit un rapprochement avec les proportions du corps humain (4) dans De Divina proportione", illustrée par Léonard de Vinci avec son célèbre dessin l'homme de Vitruve. A partir de cette époque, le corps humain est le point de départ pour déterminer les proportions dans l'architecture.

En 1950, l'architecte franco-suisse Charles-Edouard Janneret-Gris (dit Le Corbusier) crée une charte sur le dimensionnement des constructions basé sur les proportions du corps humain et du nombre d'or afin de trouver des mesures communes au système anglo-saxon et au système métrique. "Le modulor est un outil de mesure issue de la stature humaine et de la mathématique. Un-homme-le-bras-levé fournit aux point déterminants de l'occupation de l'espace -le pied, le plexus solaire, la tête, l'extrémité des doigts le bras étant levé, - trois intervalles qui engendrent une série de section d'or. D'autre part, la mathématique offre la variation la plus simple comme la plus forte d'une valeur: le simple, le double, les deux sections d'or." (5). Le modulor est encore utilisé par les architectes de l’atelier de Le Corbusier (6).

La couleur est un autre facteur d’équilibre dans l’architecture. Plusieurs auteurs ont essayé de définir les paramètres pour arriver à l'harmonie entre les différentes couleurs. Ostwald (7) par exemple, affirmait que le degré de saturation des teintes devrait être identique, c'est-à-dire la proportion de la couleur blanc et de la couleur noir par rapport aux autres couleurs (8). Au contraire, Arnheim (9) définit l'harmonie de la couleur comme une composition de couleurs où tout s'ajuste à tout (10). Néanmoins il est important de noter que l'harmonie entre les couleurs est également liée à la forme colorée, et cet autre facteur peut influer de manière déterminante sur l'idée d'harmonie entre les couleurs (11).

L'équilibre des formes est pourtant très subjectif, et au-delà de la symétrie et de l’échelle humaine il y a d’autres facteurs qui interviennent tels que l’environnement et la culture. L’environnement détermine les matériaux utilisés : de la pierre et du bois en Europe, des briques en Amérique latine, ou du bois aux Etats Unis et au Canada par exemple. L’équilibre dans l’architecture est donc, le résultat de la créativité de l’architecte pour créer des espaces adaptés à l’échelle humaine, à partir de formes, de couleurs et de matériaux dans une composition architecturale harmonieuse.

photo du modulor de Le Corbusier, prise à l'exposition "Le Corbusier, Mesures de l'homme" au centre Pompidou, Paris, mai 2015 (dans document PDF).

(1) Membre architectonique franchissant un espace en dessinant une ou plusieurs courbes (haut d'une baie, renfort d'une voûte).
(2)BESENVAL, Roland. Technologie de la voûte dans l´Orient Ancien. Editions recherche sur Civilisations. Paris 1984.
(3) Spirale logarithmique avec le facteur de croissance 1.618
(4)  A partir de l'étude de l'ouvre "Da architecture" de Vitruve, architecte romain du 1er siècle av. J.C.
(5) LE CORBUSIER. Le modulor, Essai sur une mesure harmonique à l'échelle humaine applicable universellement à l'architecture et à la mécanique.  Fondation Le Corbusier. Paris 2000. Vol. 1 p. 55.
(6) FONDATION LE CORBUSIER. http://www.fondationlecorbusier.fr 2015.
(7)   Ostwald Balte Wilhelm (1853 - 1932), physico-chimiste germano-livonien, prix Nobel de chimie en 1909, s'est consacré également à l’étude des couleurs, dans l’espoir d’expliquer scientifiquement les harmonies de sensation.
(8) Colorsystem, Systèmes de couleurs dans l'art et les sciences, OSTWALD Wilhelm. http://www.colorsystem.com 2015
(9) ARNHEIM Rudolf (1904 - 2007), théoricien de l'art et psychologiste de la perception allemand. ARNHEIM, Rudolf. Arte y percepción visual. Editorial Universitaria de Buenos Aires, Argentine 1977. p. 287.
(10) VIVERO VERA, Olga Vanessa. Recomendaciones técnicas para el diseño de espacios adecuados para mejorar el aprendizaje de los niños de la escuela primaria pública de la colonia San Pedro de los Hernández. Tesis Universidad Iberoamericana, Leon, Gto., Mexique 2003. p.47.



devenez contributeur des rives d'iriv

← Retour