← Retour

Numéro 9 - rive éditoriale - janvier 2007

dr Bénédicte Halba, présidente fondatrice de l'iriv, co-fondatrice des rives de l'iriv, co-fondatrice du Club de l'iriv à la Cité des Métiers

Témoignages de reconnaissance

Tout bénévolat est désormais reconnu comme expérience professionnelle depuis la loi de modernisation sociale de janvier 2002 qui permet à chacun " d'accéder à tout ou partie d'un diplôme ou d'une certification " s'il peut justifier de trois ans " d'expérience salariée, non salariée ou bénévole ", grâce à la Validation des acquis de l'expérience (VAE). Ce processus est long (une étape de recevabilité puis de validation effective) et rigoureux (un jury accorde ou non le titre ou diplôme demandé par le candidat à la VAE).   


La Valorisation des acquis de l'expérience bénévole (VAEB) est une démarche personnelle, en amont de la VAE, pour qui souhaite identifier et valoriser les compétences acquises grâce à son bénévolat sur le marché du travail. Il faut sélectionner les expériences bénévoles dont on souhaite se prévaloir, les exprimer en compétences, apporter des preuves du travail réalisé, valoriser les formations reçues dans le cadre de son engagement. Trois possibilités sont offertes : postuler directement à un emploi, suivre une formation ou s'engager dans une VAE classique, prévue par la loi.   

En France, l'Iriv a travaillé avec l'Association de Réflexion, d'Information et d'Accueil des familles de militaires en activité (ARIA) sur la VAEB en proposant un outil (portfolio) et une méthode (guide d'accompagnement) aux bénévoles qui souhaitent renouer avec le marché du travail. En 2006, les Accueils des Villes Françaises (AVF) ont rejoint l'équipe d'ARIA pour échanger leurs expériences et adapter l'outil et la méthode à une situation particulière : la mobilité du conjoint est souvent le handicap majeur d'une recherche d'emploi. Ce projet a été soutenu financièrement par l'Action sociale des armées (Ministère de la Défense) et le Fonds social européen (FSE) (1).   

Cette expérience française a été menée en parallèle d'un projet-pilote européen, initié et dirigé par notre Institut (2003-2006), dans le cadre du programme Leonardo da Vinci (Former et éduquer tout au long de la vie). Il a associé 14 partenaires dans 7 pays (France, Allemagne, Autriche, Hongrie, Italie, Pologne et Royaume-Uni). Il a permis de faire un état des lieux sur la reconnaissance du bénévolat dans chaque pays : réelle en France, en Autriche et au Royaume-Uni, encore balbutiante en Pologne ou en Hongrie. Une consultation a été menée auprès des bénévoles et des associations pour savoir si la VAEB correspondait à une demande : les résultats ont été très positifs, l'attente est réelle. Un portfolio des compétences bénévoles a été expérimenté. Un outil et une méthode, communs aux 7 pays, ont été élaborés sur cette base (2).   

Primé à Helsinki en décembre 2006, notre projet " VAEB dans une perspective professionnelle " a été l'un des dix meilleurs projets-pilotes, parmi 157 projets nominés par les agences Socrates-Leonardo da Vinci des 25 pays de l'Union européenne. C'est une reconnaissance, à l'échelle supranationale, du bénévolat comme expérience professionnelle. Le programme Leonardo da Vinci s'efforce de faire reconnaître ce type d'apprentissage non formel et informel dans un contexte professionnel (3).   

La gestion des ressources humaines fait l'objet depuis cinquante ans de l'attention de nombreux chercheurs et des responsables du personnel des grandes entreprises. Elle concernait les seuls salariés. La gestion manquait au bénévolat et au volontariat. La VAEB est l'une de ses facettes. Pour accompagner toutes les étapes du développement d'un projet bénévole, il faut aussi savoir créer et développer une association, organiser son temps, financer son projet, recruter et sélectionner des bénévoles, les former, collaborer et gérer les conflits au sein de l'association, construire et animer un réseau, monter un projet, évaluer et mesurer une action, communiquer et motiver (4).   

Le bénévolat est un engagement libre, désintéressé, au service des autres. Sa gestion permet d'organiser et de pérenniser le projet associatif. Une ère nouvelle s'ouvre pour la gestion du bénévolat et du volontariat, de nouvelles frontières pour le projet associatif, pour donner toute sa signification à cette citation de John F. Kennedy : " Ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande-toi ce que tu peux faire pour ton pays " (5).   



(1) Présentation du projet sur le site d'Aria : www.aria-paris.org et www.iriv.net 
(2) Site du projet : www.eEuropeassociations.net 
(3) Présentation de la conférence organisée par l'agence Leonardo da Vinci finlandaise 
(4) Halba (Bénédicte), Gestion du bénévolat et du volontariat, De Boeck, Bruxelles, 2006 
(5) Kennedy (John F), The torch has been passed to a new generation of Americans, Washington D.C, 20th of January 1961 in MacArthuer (Brian), The Penguin book of twentieth century speeches, 1999, Penguin Books, London.   



Si vous souhaitez réagir à cet article : info@iriv.net



devenez contributeur des rives d'iriv

← Retour