← Retour

Numéro 11 - rive éditoriale - septembre 2007

dr Bénédicte Halba, présidente fondatrice de l'iriv, co-fondatrice des rives de l'iriv, co-fondatrice du Club de l'iriv à la Cité des Métiers

Compétences buissonnières

L'année 2007a été proclamée Année Européenne de l'Egalité des Chances par la Commission européenne (1). 2006 avait été celle de la Mobilité. L'enjeu était de mobiliser les citoyens sur deux principes fondateurs de la construction de l'Europe : la liberté de circulation et la non-discrimination qu'elle soit liée au sexe, à l'âge, à l'origine ethnique ou sociale ou à un quelconque handicap.   


Dans ce contexte, l'Iriv a initié avec l'Agence nationale pour l'Emploi (Anpe) un projet intitulé Mobilité Intersectorielle et Transnationale pour l'Egalité des Chances (Mitec) (2) dont l'objet est de proposer un outil de navigation professionnelle pour trois publics : les bénévoles, les expatriés et les sportifs de haut niveau.   

Ces publics semblent hétérogènes. Ils souffrent pourtant du même handicap : leurs compétences sont étrangères au marché du travail français. Elles ne sont pas reconnues, parfois mises en doute, souvent ignorées, volontairement ou non. Les bénévoles ne sont pas rémunérés et n'ont donc pas de contrat de travail, les sportifs de haut niveau n'exercent pas leur activité sous un statut classique, les expatriés ont développé leurs compétences hors du territoire national.   

L'objet de l'outil Mitec est d'aider et d'accompagner ces publics dont l'expérience est atypique, en décalage avec les standards classiques, pour transformer cette originalité en atout sur le marché du travail. La notion importante est celle de mobilité, à la fois sectorielle (passer d'un secteur d'activité à un autre) mais aussi transnationale (changer de pays, de région, d'horizon). L'enjeu est de pouvoir enrichir et faire évoluer son projet professionnel en intégrant toutes les facettes de son expérience, de son parcours.   

La compétence professionnelle résulte d'une combinaison de ressources : les savoirs, le savoir-faire, les qualités, les expériences, les moyens, les réseaux relationnels et informationnels (3). Guy Le Boterf a créé le concept de " navigation professionnelle " où chacun doit devenir " entrepreneur de sa professionnalisation ", tout en prenant en compte les exigences de l'entreprise. Dans ce paysage nouveau, le manager doit " savoir piloter, et non seulement contrôler, en accordant la priorité au traitement de la compétence collective ".   

Un projet professionnel, un métier, une expérience, évoluent au cours du temps, en fonction de ses aspirations personnelles et des opportunités sur le marché du travail. Une expérience atypique peut devenir un atout pour certains emplois, créer les métiers de demain. La flexibilité est un argument en faveur de tels candidats : si l'on peut recruter facilement, on n'hésite pas à embaucher un profil " atypique ", aux compétences " hors normes ".   

Les entreprises européennes ont adopté des stratégies de diversité et d'égalité des chances pour des raisons éthiques et juridiques (les lois européennes anti-discriminations) mais aussi économiques. Elles doivent penser aujourd'hui à recruter des candidats aux profils plus diversifiés (âge, sexe, origine sociale ou ethnique, parcours professionnels variés) pour faire face à leurs besoins futurs de main d'œuvre. Tous les talents sont bienvenus (4).   

La diversité et la performance sont au cœur des ambitions européennes en matière de compétences et de gestion des ressources humaines depuis le Livre Blanc de 1985 qui relançait le marché unique (5). La valorisation des apprentissages non formels et informels a été une préoccupation constante de la Commission européenne, pour bâtir " la société de la connaissance avancée ", objectif que se sont donné les Etats membres de l'Union européenne à Lisbonne en 2000 puis à Copenhague en 2002. La diversité est un gage de performance pour l'individu, l'entreprise mais aussi la société.   

Le bénévolat, l'expatriation et le sport de haut niveau sont des expériences professionnelles mais aussi personnelles. Les expatriés sont confrontés à un nouvel environnement qui engage leurs familles, une expérience de sport de haut niveau échappe à la normalité (temps privés et sportifs sont mêlés), un engagement bénévole (associatif, politique, syndical) permet d'accéder à des responsabilités auxquelles on n'était pas préparé.   

Les parcours ne sont pas linéaires. Ils peuvent s'éloigner des sentiers battus. Les évolutions professionnelles ne se traduisent pas forcément en termes financiers. L'enrichissement est différent, humain, social. Pour désigner tous les savoirs que l'on n'apprenait pas à l'école (6), on a parlé d'acquis buissonniers (6). En cette rentrée scolaire, souhaitons un bel avenir à toutes les compétences buissonnières !   
 
 
(1) site de l'Année européenne de l'Egalité des Chances http://ec.europa.eu/employment_social/ 
(2) les partenaires du projet Mitec : la Direction régionale de la Jeunesse et des Sports d'Ile de France, EDF, le CCFP, le Groupement National des Chaînes Hôtelières (GNC-UMIH), l'Institut national du Sport et de l'Education Physique (INSEP), Uniformation avec la collaboration des AVF, du CROSIF, du Centre Fovéa et de Résonances humanitaires 
(3) Le Boterf (Guy.), 1997, De la compétence à la navigation professionnelle, Paris, Les Editions d'Organisation 
(4) Focus Consultancy and the Conference Board, " Le cas commercial en faveur de la diversité - Bonnes pratiques sur le lieu de travail ", Commission européenne, Direction générale de l'emploi, des affaires sociales et de l'égalité des chances, Unité D.3, Luxembourg, 2005. 
(5) Commission des Communautés européennes. L'achèvement du marché intérieur, Livre blanc de la Commission à l'intention du Conseil européen. Bruxelles: Juin 1985 
(6) Lietard (Bernard), Pour un " blanchiment " de l'expérience bénévole, rives n° 2 - Décembre 2004



devenez contributeur des rives d'iriv

← Retour