← Retour

Numéro 14 - rive éditoriale - septembre 2008

dr Bénédicte Halba, présidente fondatrice de l'iriv, co-fondatrice des rives de l'iriv, co-fondatrice du Club de l'iriv à la Cité des Métiers

Sollicitude et médiation interculturelle

Etre étranger n'est pas un simple statut, une situation administrative, c'est aussi un état d'esprit. Se sentir accueilli, compris, soutenu permet d'échapper au sentiment d'éloignement, d'incompréhension, d'hostilité parfois que l'on ressent quand on vit loin de son pays. C'est l'enjeu de la médiation interculturelle. La sollicitude, la réconciliation entre les peuples, la solidarité avec les plus fragiles sont au cœur du projet européen.   


Depuis le traité d'Amsterdam en 1997, l'immigration est devenue une compétence de l'Union européenne : 27 pays décident des grandes orientations de politique générale, en laissant chaque Etat conserver ses prérogatives. Cette politique commune entend maîtriser les flux migratoires, lutter contre l'immigration illégale et les trafics humains qu'elle entraîne inexorablement. L'Europe a multiplié les textes sécuritaires pour protéger ses frontières, donnant l'image d'une forteresse assiégée. Paradoxalement, les derniers pays entrés dans l'Union sont les plus défiants vis-à-vis des étrangers dont ils redoutent la concurrence sur le marché du travail européen.   

Une dimension nécessaire des politiques d'immigration est l'intégration des populations immigrées qui vivent et travaillent sur notre territoire. En janvier 2006 (1), les résidents étrangers étaient 18,5 millions dans l'Union européenne (soit 3,8% de la population totale européenne). Ils venaient essentiellement de Turquie (2,3 millions), du Maroc (1,7 million), d'Albanie (0,8 million) et d'Algérie (0,6 million). L'intégration concerne l'accueil des étrangers dès leur arrivée, l'accès à un logement décent, à un travail dans des conditions normales, à l'éducation pour les enfants, à la formation pour les adultes, à la santé pour tous.   

Des programmes européens soutiennent depuis dix ans des projets visant à intégrer les populations immigrées, dans le cadre de programmes transversaux de cohésion sociale et d'égalité des chances (2) ou de programmes spécifiques comme INTI - Intégration des ressortissants de pays tiers créé en 2002 qui a pour vocation de faciliter le dialogue avec la société civile (3).   

La sollicitude envers les étrangers peut prendre de multiples formes. L'action des bénévoles dans les associations pour défendre leurs droits en est une facette importante. La médiation interculturelle est une autre dimension de cette sollicitude. Elle donne un visage humain, concret, réel, aux politiques d'immigration et d'intégration en Europe. Les médiateurs interculturels sont les intermédiaires entre les populations immigrées et les institutions (4). Ils ont un rôle crucial à jouer en remplissant une fonction de " pont " entre les étrangers et leurs interlocuteurs institutionnels (mairies, services sociaux, écoles, hôpitaux, caisses d'allocations familiales…).   

La médiation interculturelle s'est développée en France sur une base bénévole puis s'est professionnalisée (emplois jeunes 1997-2002 ; femmes-relais depuis 2001). Elle s'inscrit dans le champ de la médiation sociale qui a adopté une Charte en 2004 (5). Cette dernière insiste sur la neutralité et l'impartialité, la négociation et le dialogue, le libre consentement et la participation des habitants, la mobilisation des institutions, la protection des droits des personnes, le respect des droits fondamentaux.   

En Europe, le projet TIPS (6), propose un programme pionnier de formation pour les médiateurs interculturels qui sera accessible par téléphone portable, Internet et la télévision (7). Son ambition est de donner une reconnaissance européenne à une profession nouvelle qui est appelée à se développer dans de nombreux pays accueillant des étrangers.   

L'empathie, la discrétion et la liberté sont les qualités exigées des médiateurs interculturels. La sollicitude est un trait de caractère essentiel pour bien remplir leur mission si l'on entend par ce terme " une attention soutenue, une écoute attentive, une inquiétude amicale ". Les médiateurs s'intéressent et s'inquiètent du sort des étrangers et leur permettent de réussir leur intégration. Ils contribuent à donner un visage ouvert, humain, à une Europe qui peut sembler parfois si " étrangère " aux immigrés.   



(1) Commission of the European Union, Third Annual Report on Migration and Integration, Brussels, 11.9.2007, COM(2007) 512 final 
(2) Par exemple le projet Mem-Vol (2003), Bénévolat, vecteur d'intégration sociale, culturelle et professionnelle des migrants et des minorités ethniques, initié par Inbas Sozialforschung (Francfort sur Main, Allemagne) dans le cadre du Programme d'action communautaire pour combattre l'exclusion sociale (2002-2006) avec des partenaires autrichiens (European Center, Vienne), danois (Centre national du volontariat, Copenhague), français (Iriv, Paris), hollandais (iriv, Paris), britanniques (IRV, Londres), www.mem-volunteering.net 
(3) Par exemple le projet Involve (2005-2006), L'engagement bénévole et civique des migrants et des minorités ethniques, initié par le Centre européen du volontariat (Bruxelles, Belgique) , dans le cadre du programme INTI avec des partenaires allemands (Inbas-Sozialforschung, Francfort sur Main), autrichiens (Universität Wien, Vienne), espagnols (Fundar, Valence), français (Iriv, Paris), Hongrois (Menedek, Budapest), hollandais (Civiq, Utrecht) et britanniques (Volunteering England, Londres), www.involve-europe.eu 
(4) Délégation interministérielle à la Ville, " Charte de référence de la médiation sociale ", groupe de travail interministériel et interpartenarial sur les emplois dits de " médiation sociale ", septembre 2004 
(5) Leur mission est en général financée par des institutions publiques notamment dans le cadre de la Politique de la ville en France 
(6) TIPS (2007-2009), projet multilatéral Leonardo da Vinci), initié par l'Université Guglielmo Marconi (Rome, Italie) avec des partenaires autrichiens (Auxilium, Graz), grecs (HOU, Patras), français (Iriv, Paris), italiens (Gruppo Pragma, Milan), polonais (Université européenne Tischner, Cracovie), www.forcom.it/tipsproject Le t-learning est l'enseignement à distance par téléphone portable, Internet et la télévision



devenez contributeur des rives d'iriv

← Retour